Le Bouledogue Français

Chez ASSURVET nous aimons tous les animaux. Mais il faut bien avouer que parmi tous les chiens, nous en pinçons particulièrement pour le Bouledogue Français.

Bouledogue Français

Il est vrai que nous sommes parti pris puisqu’un membre de notre équipe vient régulièrement au bureau
avec son Bouledogue. Nous côtoyons donc « l’animal » qui est en quelque sorte notre mascotte.

Le Bouledogue Français, surnommé boule ou boubou, est un petit molosse d’environ 12 kg, assez court sur pattes, très musclé, les oreilles bien dressées sur un crâne large à la mâchoire prognathe. Sa robe au poil court peut être fauve, noire, bringée, ou caille. Il existe également des spécimens à la robe bleue similaire au Chartreux, mais hors standard de la race.

Comme la majorité des molosses, il a un passé de combattant assez sinistre qui n’est heureusement plus d’actualité aujourd’hui.

En bon chien de compagnie, le bouledogue français est affectueux, joueur, fidèle, patient, sociable, très attaché à son maître, aimant les enfants, toujours prêt à participer à une activité quelconque. Il n’a pas de propension à l’agressivité envers ses congénères. Tout est question de sociabilisation et d’éducation. Il s’adapte très bien à l’humeur du moment, passant facilement des temps d’activité aux temps de repos. Il est à l’aide en maison comme en appartement, un jardin le transformant en jardinier débroussailleur infatigable.

Mais c’est tellement réduire les qualités de ce chien que de limiter sa description à ces quelque caractéristiques génériques… Car le Bouledogue Français est une synthèse idéale entre une gueule pas banale et un coeur gros comme ça, qui aurait pleinement sa place dans l’équipe des Tontons Flingueurs entre Lino Ventura et Bernard Blier.

Toujours partant pour les parties de jeux comme pour les siestes, doté d’un appétit qu’il faut savoir freiner, curieux, malin, il est aussi cabot à ses heures. Il obéit le plus souvent à son maître car il aime lui faire plaisir. Mais il peut arriver que monsieur fasse la forte tête, jouant tantôt le sourd, le distrait, l’occupé, voire le butté. Tout fini bien sûr par rentrer dans l’ordre car le boubou n’aime pas sentir un froid avec son maître. Il faut voir son regard quand il accepte finalement d’obéir alors qu’il ne voulait pas… un mélange de résignation, de gène et de honte, un grand moment !

A côté de ce tableau idyllique, il faut noter quelque points plus sérieux :

En raison de son crâne raccourci et de son nez écrasé, le Bouledogue Français peut éprouver des difficultés respiratoires qui peuvent entraîner des conséquences assez lourdes (chirurgie du voile du palais, sténose des narines). Il ronfle donc beaucoup et il faut faire attention à sa ventilation car sa température peut s’élever trop vite et conduire à des arrêts cardiaques dans les cas extrêmes d’effort et de temps chauds.
A noter que le syndrome brachycéphale n’est pas couvert par les assurances santé pour animaux car considéré comme la conséquence d’une malformation congénitale ou héréditaire.

Il peut également être sujet à une malformation de l’extrémité de l’estomac et à des inflammations chroniques de la paroi de l’estomac et de l’oesophage, entrainant des vomissements.

La manifestations de ces pathologies dépend des sujets. En dehors des cas nécessitant un traitement médical, des mesures de prudence et de bon sens sont à respecter :

  • lui donner une alimentation stable en quantité comme en caractéristiques afin de ne pas éprouver son estomac. Respecter la fréquence des repas et les horaires. Ne rien lui donner entre les repas.
    le freiner dans ces jeux. Il adore jouer au point de dépasser ses limites. Il faut savoir l’interrompre pour le ménager.
  • par temps chaud, et particulièrement en voiture, toujours avoir sous la main de quoi le rafraichir (eau à boire, linge humecté pour l’aider à faire descendre sa température).

Le Bouledogue Français n’est pas un chien lisse. Il est spécial tant par son physique que par sa personnalité bien marquée, drôle et attachante.
C’est un chien qui ravira petits et grands et fera rire ses propriétaires tous les jours. Comme dit l’adage « bouledogue un jour, bouledogue toujours ».

Partagez :