Pourquoi mon chien n’est pas propre ?

 

La propreté est l’un des apprentissages de base que n’importe quel chien doit acquérir afin de pouvoir vivre en intérieur.

Le fait d’uriner étant un un besoin physiologique et social, il ne s’agit pas de l’empêcher d’une façon générale mais plutôt d’éduquer l’animal pour qu’il s’y adonne au bon endroit et au bon moment.

  • Un chiot n’est pas capable de retenir immédiatement ses urines :

Dès son arrivée à la maison, vous devez attribuer au chiot un espace de repos qui ne soit pas trop grand (une fois plus grand et éduqué, l’animal pourra être déplacé). Vous placerez au sol une serviette à quelque distance de la couche du chiot qui doit avoir la serviette en visu depuis sa couche. Chaque fois que vous le verrez uriner, saisissez-le et placez-le sur la serviette en disant « ici ! » d’une voix ferme mais neutre (pas question de le gronder).

Si vous découvrez un pipi au détour d’une pièce, vous pouvez saisir le chiot, placer son museau à quelque centimètres de l’urine et lui dire fermement « non! » puis aussitôt le placer sur la serviette en disant « ici! ». A force de persévérance, le chiot comprendra que la serviette sert à uriner. Dès lors que vous verrez votre animal aller de lui même sur la serviette, félicitez-le. Il saura ainsi que c’est ce que vous attendez de lui. Une fois l’habitude prise, cessez de le féliciter.

Le chien va ensuite être capable de se retenir pendant des durées plus longues. Associée à des sorties fréquentes, l’heure de la suppression de la serviette est venue.

En cas de loupé, même méthode mais cette fois en amenant l’animal hors du foyer. Si vous vivez en pavillon, la serviette peut être placée à l’extérieur afin que le chien fasse plus facilement le lien pipi – serviette – extérieur.

  • Le chien peut être amené à uriner en réponse à une émotion forte qu’il n’arrive pas à contrôler.

Une joie intense, une grosse frayeur, un stress qui dure sont autant d’émotions qui peuvent déclencher une petite fuite.

Dans ce cas aussi, la sociabilisation et l’éducation apparaissent comme la meilleure solution.

Dès son plus jeune âge, parcourrez des endroits animés. Mais faites-le de façon graduelle, une fête foraine à 3 mois serait une mauvaise idée. Une rue calme, les abords d’un parc d’enfants, une rue fréquentée, puis un marché permettront au chien d’assimiler son environnement. N’oubliez pas d’imaginer sa perception des choses : très jeune, un chien a peur de simplement traverser une rue (bruit, espace ouvert, odeurs désagréables).

Lorsque vous vous absentez et revenez, pas de caresses particulières! Le maitre entre et sort naturellement. Marquer les allées et venues d’une voix compatissante et d’un câlin particulier va « dramatiser » le moment et générer du stress chez l’animal qu’il ressentira à chacune de vos absences.

  • Outre ces aspects, le chien communique par l’odeur, c’est ce que l’on appelle le marquage urinaire.

Cette pratique est bien plus courante chez les mâles que chez les femelles et apparaît dès la puberté. C’est une manière pour le chien de laisser sa carte d’identité car les chiens ont la faculté de déchiffrer des messages provenant des urines de leurs congénères ou, comme son nom l’indique, une manière pour lui de marquer son territoire et ainsi imposer son statut hiérarchique.

Il n’y a pas grand chose à faire sur ce point si ce n’est d’accentuer la sociabilisation en participant à des groupes d’éducation canine. Si le chien devient trop agressif avec ses congénères il est possible de le castrer, de préférence avant sa première année, afin que ses hormones ne se reproduisent pas et ainsi de limiter le marquage urinaire.

  • Enfin, la malpropreté peut parfois être due à des problèmes médicaux :

troubles urinaires,  incontinence de stérilisation ou maladie à l’origine d’une diarrhée. Ce sont des maladies souvent difficiles à identifier et qui peuvent conduire votre chien à faire ses besoins en intérieur.

N’hésitez donc pas à consulter si le problème persiste. Veillez à ce que votre animal soit toujours correctement hydraté avant que la situation ne dégénère trop. Consultez votre vétérinaire le cas échéant. Souscrire une assurance santé pour votre animal est aussi un moyen d’identifier plus vite les pathologies dont peut souffrir votre chien, en vous libérant du frein budgétaire.

Partagez :